22/10/2007

Alors que je ne savais plus quoi penser...

...J'ai reçu un coup de téléphone de ma mère lorsque j'étais chez mon père (après le rendez-vous au centre) afin de savoir comment ça s'était passé. J'ai changé de pièce pour lui expliquer plus librement ce qu'il s'était dit entre ces 4 murs. En deux-trois mots, la psychologue m'avait signalé que lorsqu'elle me parlait d'un éventuel avortement je me "décomposais" et que lorsqu'elle parlait de le garder alors là je "revivais" allez comprendre, parfois l'inconscient peut vous faire faire de drôles de choses...J'ai fondu en larmes au téléphone (et oui encore, même si je ne vous en avais pas encore parlé, c'était devenu le rituel de la journée ces derniers temps!), elle m'a dit que j'étais la seule à pouvoir prendre cette décision et que quoi qu'il arrive elle serait là pour me soutenir.

Après ça, elle m'a conseillé -si j'en avais envie- d'aller voir une amie à elle qui pouvait peut-être m'aider. C'est une personne qui est très à l'écoute et qui arrive toujours à trouver les mots juste.

C'est ce que j'ai fait, le soir même j'ai demandé à mon père qu'il me dépose chez elle, nous nous sommes installée dans son petit coin rien qu'à elle qui se situe dans son garage et nous avons longuement discuté, elle m'a confié certaines choses qui lui était arrivées et m'a aidée à faire un choix (après des litres et des litres de larmes versées). Je n'arrivais pas à me faire à l'idée de tuer un être vivant, peut importe sa forme, pour moi il était vivant, il n'avait pas demandé à venir s'installer dans mon ventre, et encore moins d'y rester pour qu'au final on le force à partir peu de temps après! J'avais besoin d'un déclic.

Bref, une fois décidée elle m'a invitée à dormir chez elle pour la nuit histoire de bien me reposer l'esprit au lieu de retourner chez moi retrouver mon ex compagnon qui passait son temps à me chercher mysère! J'ai été me coucher un livre à la main histoire de penser à autre chose, hélas ce n'était pas aussi facile que ca en avait l'air! J'ai discuté avec mon futur bébé tout en me caressant le ventre, je lui ai demandé de m'aider à le laisser sans aller, qu'on finirait toujours par se retrouver à un moment ou à un autre, j'ai ajouté que je l'aimais avant de finir en pleure et de terminer par un "au revoir" (tout comme me l'avait conseillé la dame chez qui je dormais) je me suis ensuite endormie.

Une fois éveillée, nous avons discuté encore un peu, je lui ai fait part de ma décision elle m'a appuyée sur celle-ci en me disant que c'était le bon choix...Mais pourquoi est-ce que je n'arrivais toujours pas à y croire dans ce cas? Pourquoi est-ce que je ne ressentais aucun soulagement à cette idée? Juste après ça elle a téléphoné à sa Gynécologue pour savoir s'il n'était pas trop tard pour le faire...Celle-ci pouvait me prendre entre deux consultations le jour même, le problème c'est que je n'ai eu personne pour m'y conduire (premier signe du destin, vous comprendrez par la suite) j'avais reporté ça au lendemain car elle recevait à Liège cette fois, du coup je n'avais besoin de personne pour m'y déposer à part de Monsieur le conducteur de bus accompagné de son bus cela va de soi...

28 septembre 2007, avant de me rendre là-bas j'étais passée par la maison histoire de me changer car cela faisait deux jours que je n'étais plus rentrée. La deuxième nuit je l'avais passée chez ma mère...Une fois arrivée dans la rue, personne! Soulagée je me suis dirigée vers la barrière et là mon ex compagnon est arrivé au même moment, nous ne nous sommes pas échangés un seul mot, il est de suite monté pour s'installer sur mon lit devant son portable afin de continuer à discuter sur msn, sur ce temps là, j'avais prit mes affaires pour me changer dans la salle de bain jusqu'à ce qu'il vienne me chercher mysère en me poussant contre une étagère et en m'enfoncant ses longs doigts dans les côtes pour que je lui réponde, chose que je ne faisais pas! Il m'a répété -comme sur ses précédents sms- que je devais me dépêcher d'aller enlever le monstre que j'avais en moi sinon il allait être aussi dérangé que sa mère...J'ai voulu sortir de la salle de bain mais monsieur m'en a empêché, c'est alors que je lui ai dit que je n'avais vraiment pas le temps, que j'avais rendez-vous chez le médecin, il m'a répété qu'il n'en avait rien à faire! J'ai du faire un appel à ma mère pour qu'il me laisse enfin sortir! Tout en me traitant de tous les noms.

J'ai quitté la maison en tremblant, j'avais peur, j'ai eu ma mère au téléphone et je me suis dirigée vers l'arrêt de bus, j'ai vu monsieur passer devant moi en voiture et puis plus rien (à part par téléphone) sinon, je ne l'ai plus jamais revu! Je me suis présentée chez le médecin, ma semaine de réflexion était passée, j'étais dans les temps, je me suis retrouvée devant cet immeuble avec une autre fille dans le hall, ni elle ni moi ne comprenions le système pour entrer, jusqu'au moment où j'ai trouvé le nom sur la sonnette, j'ai appuyé et j'ai laissé parler l'autre personne, la porte s'est ouverte, nous avons grimpé les marches jusqu'au premier étage dans le noir, la Gynécologue n'a pas pu me recevoir ce jour là, tout ça pour un bête petit problème (deuxième signe), je venais de marcher pendant je ne sais combien de temps pour rien! J'étais déçue, j'ai de suite repris un rendez-vous pour le lundi matin sans savoir si cette fois mon problème allait être règlé...