22/11/2007

Une fois rentrée à la maison...

...c'est légèrement énervée que j'avais annoncé la nouvelle à ma mère qui avait aussitôt bondi de sa chaise, énervée à son tour! Elle m'avait à nouveau sorti que tout ça n'arrivait qu'à moi, que c'était toujours lorsque j'allais seule à ce genre de rendez-vous que cela m'arrivait...(Youpie c'était encore ma fête ^^) Une fois -un peu- calmée elle a immédiatement téléphoné à son amie pour connaître le numéro de la Gynécologue qui m'avait reçue et qui m'avait indiqué d'aller là après -je le rappel- avoir prit rendez-vous par téléphone devant moi. Après une longue attente, la Gynéco avait enfin réussi à obtenir un autre rendez-vous pour le 10 octobre (en fait je ne me souviens plus exactement comment ca s'est passé, je pense que c'était le lendemain qu'elle avait obtenu ça, enfin soit).

Soulagée? Pas vraiment, il allait encore falloir attendre une semaine pour le prochain rendez-vous, repasser les même examens qu'auparavant car d'après eux c'était obligatoire,...Plus le temps approchait plus je me demandais si c'était vraiment ce que je voulais. Malgré l'anesthésie totale pour ne pas entendre ni voir ce qu'il allait se passer, je n'étais plus trop convaincue de vouloir le faire...

Après avoir pleuré à plusieurs reprises durant toute la semaine en me retournant sans cesse le problème dans la tête, j'avais enfin fait mon choix (la veille du rendez-vous du 10 octobre). Et quel choix! Un choix qui -dans n'importe quel sens- allait m'accompagner (ou me poursuivre) toute ma vie! Après avoir été mal, après avoir pesé le "pour et le contre", après avoir pensé à mon père qui se "réjouissait" que tout ça soit derrière moi, après avoir pleuré dans les bras de ma mère, le choix définitif était fait!

Je le GARDE!

07/11/2007

Suite-suite-suite

Mercredi 3 octobre, 14h25, rendez-vous à l'hopital Ste Rosalie, je ne savais pas trop pourquoi je devais m'y rendre si ce n'est que j'avais -d'après la Gynécologue- quelques papiers à signer ainsi qu'une date à obtenir pour la future IVG. Je repensais à nouveau à ce moment passé lors de mon rendez-vous du lundi lorsque j'avais aperçu sur le côté de l'écran mon futur bébé qui remuait dans tous les sens :) D'après elle le lundi 1 octobre, j'étais enceinte de 12 semaines et 4 jours.

Bref, je me suis dirigée vers l'acceuil à l'hopital et on m'a annoncé que j'allais avoir un rendez-vous avec ma future Gynécologue (le temps de l'intervention) ainsi qu'avec l'anesthésiste. Je me suis donc rendue comme convenu au premier étage et je me suis installée dans la salle d'attente qui au départ était vide. Peu de temps après un jeune couple est arrivé, puis une femme seule et à nouveau une autre. Cela faisait déjà pas mal de temps que je patientais et je n'entendais aucun bruit derrière la porte. Nous ne savions pas trop si nous devions sonner ou non, du coup nous avons continué à attendre. Après plus d'une demi heure un homme (d'une origine qui m'est inconnue) a ouvert la porte et à cité mon nom. 

Une fois entrée et installée derrière un petit bureau où j'avais à peine la place pour tirer ma chaise, il m'a expliqué qu'il était l'assistant de la Gynécologue qui devait me recevoir. Après quelques questions posées, il m'a demandé de me déshabiller afin de repasser tous les examens depuis le début, je lui ai dit que ceux-ci avaient déjà été fait! Il m'a alors dit de relever mon haut afin de pratiquer -à nouveau- une échographie (alors que je venais de lui donner une photo dans une enveloppe datant de deux jours!) Le monsieur n'étant pas très doué et s'en foutant de celle-ci, m'a demandé d'en refaire quand même une! Après avoir bien insisté sur le fait que ce ne serait qu'une échographie et pas d'examens gynécologiques, j'ai décidé de le suivre.

Une fois passée derrière, il m'a demandé de me déshabiller! Moi? Sans cabine ni endroit pour me cacher! Avec cet homme qui sortait de je ne sais où et qui n'avait pas l'air de s'y connaître en médecine! Il n'en était pas question! Il m'a "expliqué" (il faut dire que son français laissait à désirer) que c'était obligatoire pour aller plus loin car il n'y avait eu aucun document signé de la part des médecins précédents, donc aucune preuve que les examens avaient bien été effectués! Oh mon Dieu! Après avoir refusé et lui avoir demandé si je pouvais tout simplement réclamer les signatures des autres médecins moi-même, j'ai enfin quitté cette pièce! Non mais ca ne va pas! Il était hors de question qu'un homme me fasse une visite, qu'il me regarde me déshabiller ou que sais-je d'autre!

A suivre...

Suite-suite-suite

Après ces quelques mésaventures arrivait enfin le week-end. Je dois dire que ce fut avec plaisir (mais aussi avec angoisses) que j'acceuillais celui-ci les bas ouverts. Le lendemain ou le "sur"lendemain (je ne sais plus trop mais je pencherai plutôt pour le dimanche) mon père m'a conduite dans la maison afin que je puisse y reprendre quelques affaires pour m'habiller etc...Un choix crucial s'est posé à nous: "ou on vide tout maintenant ou alors on laisse tout, tout en sachant que s'il voit que quelque chose a bougé il pourrait (pour faire ch*** son monde) se servir comme si tout lui appartenait!" Etant donné mon état plus que faible et mon manque de courage dans la minute j'ai décidé d'opter pour le risque en laissant tout là en attendant... Haa oui je me rappelle! C'était bien le dimanche et pour cause: je n'avais pas su aller au foot avec ma mère, j'avais oublié les clés de la maison chez moi et ma mère était déjà sur le terrain, du coup on a du aller jusque là pour qu'elle me prete ses clés afin que je puisse chercher après les miennes et ainsi de suite....Une fois mes affaires ramenées et rangées (avant que maman ne revienne) j'ai pu me relaxer un peu! J'étais morte fatiguée et le rendez-vous du lendemain approchait à grands pas...Lundi matin, bus, stresse, marche (beaucoup trop longues) froid de canard, me voilà enfin devant